Jeu de rôle en CNV

On aimerait changer les autres et souvent c’est l’effet inverse qui se produit, on renforce des comportements négatifs.

Pourquoi ? …car en s’exclamant, en invoquant nos listes d’exigences, en reprochant, en évaluant l’autre ou en se renfermant dans le silence, en évitant le conflit et le dialogue, en réprimant nos émotions et nos besoins, les conflits sont irrésolus et implosent ou explosent d’une manière ou d’une autre. LE STRESS est une des conséquences, LA VIOLENCE une autre…

Il existe diverses approches en communication pour éviter ces conséquences et vivre les désaccords de manière pacifique ou presque. J’ai essayé bien des années, pourquoi ces méthodes ne fonctionnaient-elles pas ? Exprimer son désaccord avec des émotions fortes et dévastatrices même avec les mots les plus appropriés n’auront pas d’effets positifs. « On voit avant d’entendre », quand quelqu’un nous dit « merci » sous le coup de la colère ou de l’agacement, c’est l’intention qui prime, c’est ce que nous voyons qui nous impactera, une attitude qui prévaut aux mots.

Une des clé est de prendre soin de à soi, faire une pause avant d’agir.

Tourner notre regard vers l’intérieur, faire un « scan de nos ressentis », un état des lieux de ce qu’il se passe dans notre corps et nos pensées. Libérer les mots qui font mal en huit clos, seul avec soi même, par écrit, dans une pièce au calme, en pleine nature, en voiture… et non pas devant la personne concernée. Formuler nos agacements, nos ressentis et se tourner au fur et à mesure que l’apaisement revienne vers la situation pour essayer de comprendre.

Faire des pauses avant d’exprimer ouvertement nos états d’âme est une condition pour une communication efficace et optimale.

La communication non violente est un moyen de communiquer pour améliorer la relation à l’autre, c’est une technique fondée par Marshall B. Rosenberg, psychologue clinicien (1934-2015) utilisée pour régler des différends et des conflits entre individus et dans de nombreux pays.

La CNV suscite une qualité d’écoute, du respect et d’empathie adaptable en toutes circonstances.

La CNV en famille, avec les enfants, dans le couple et dans les classes a toute sa place. Retenez cet outil du bonhomme OSBD pour s’exprimer sans juger, parler de ses ressentis sans évaluer, dévoiler ses besoins sans chercher de stratégies, se faire comprendre sans exiger.

Je vous propose un jeu de cartes utilisables avec vos enfants ou en classe avec vos élèves pour jouer des scènes de conflits de la vie quotidienne en s’exerçant aux outils de la CNV.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.