Ateliers Familles Epanouies, Cartes Mentales, Stages communication

Les rôles qu’on joue entre frères et sœurs, comment en sortir ? (Jeux à télécharger)

Cultiver le lien dans la fratrie de façon ludique, permettons-les de se découvrir dans leurs habitudes, leurs goûts à travers le jeu et la communication. Vous trouverez des jeux à télécharger pour apprendre à mieux se connaître et mieux s’affirmer pour devenir celui ou celle qu’il/elle a besoin d’être.

« S’il est comme ci, je serai comme ça »

Pourquoi les enfants jouent-ils des rôles ? Avons-nous besoin de sentir que chacun de nos enfants est spécial ? « Tu es bonne en lecture, ta sœur est bonne en maths et ton frère est bon en art »…

En essayant de leur donner une identité propre, n’enfermons-nous pas nos enfants dans des rôles qui au contraire les empêcheraient de construire leur propre identité ?

Les enfants eux-mêmes peuvent s’attribuer un rôle pour rechercher amour, attention, approbation, un rôle qui peut aussi être entretenu par l’entourage, les frères et sœurs, voisins, écoles…

« Libérer les enfants pour leur permettre de changer » c’est le sujet que traite le 5ème chapitre du livre « Frères et sœurs sans rivalité »d’Adele Faber et Elaine Mazlish.

C’est un thème que je vous propose d’expérimenter en atelier à l’aide de jeux de rôles, de supports théoriques, de vidéos des habiletés de communication pour illustrer des pistes, outiller votre quotidien de parents afin d’apaiser les relations en frères et sœurs.

Aider les enfants à se détacher des rôles pour mieux s’affirmer, aider l’entourage à voir un enfant différemment

Acceptez le fait que vos enfants puissent ne pas s’aimer et nourrissez le lien qui les unit

Dans l’ouvrage « Frères et sœurs, de la rivalité à la complicité » de Nina Bataille, « contraindre est contre-productif », il est important de laisser les émotions désagréables telles la haine, la colère, la rancœur s’exprimer. En étouffant ces émotions, on augmente le sentiment de rejet de l’un envers l’autre. En accueillant ces sentiments pénibles, on permet aux enfants de se voir différemment, on développe l’empathie, cette capacité à regarder les faits du point de vue de l’autre, comprendre l’autre même si on ne partage pas son avis.

Libérez les aînés de la posture du « chef », Nina Bataille explique comment faire respecter la place de chacun en évitant de demander à l’aîné de jouer le rôle des parents. Ce rôle risquerait d’autant plus de légitimer une étiquette de « petite maman » ou « petit papa » souvent peu appréciée des cadets comme on peut des fois entendre « Arrête de me commander, t’es pas ma mère ! » « Arrête de jouer au papa ! » Pour préserver l’harmonie familiale, les parents peuvent rappeler que ce sont eux qui donnent les règles. Et si toutefois un aîné a plaisir à aider un plus petit pour les devoirs par exemple ou pour une tâche complexe, que cette chance de créer un lien fraternel se limite au moment du partage sans rôle à jouer.

Cultivons ce lien en fratrie, offrons des opportunités de dialoguer par le jeu, laissez à porter de main un pot de cartes « lien fraternel » et « se connaître » à table par exemple pour partager des repas en convivialité et générer des occasions de dialoguer pour mieux se connaître et se comprendre.

Ce dernier jeu de l’oie se joue avec des pions et un dé. A chaque case « Décris » les thèmes évoqués, exemple « Décris ta famille »…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s