Équilibre en famille et reprise d’activité ?

Quels sont tes besoins au quotidien pour te sentir bien et en harmonie en famille ?

Lors des rencontres avec les parents, des questions et inquiétudes reviennent souvent : « Je me demande comment je vais faire quand je vais reprendre mon travail pour gérer mon temps, je stresse déjà », « Comment je vais passer du temps avec mes enfants et travailler, s’occuper de la maison… », « c’est un sujet tendu dans le couple car mon mari a continué à travailler et je ne sais pas comment il peut faire pour m’aider davantage »

Aujourd’hui, dans le groupe des « Hauts et Débats », je sens ce besoin imminent de partage et d’échange au sujet de cette thématique, des questions, de l’incertitude et de l’espoir.

Les enfants font leur liste au Père Noël, c’est un moyen imaginaire d’accéder à leurs plus beaux rêves, certains se réaliseront et d’autres continueront à nourrir leurs désirs.

Faisons nous aussi une liste de nos souhaits et de nos rêves, remplissons nos verres de vie (cf post sur l’équilibre) et espérons que Père Noël soit généreux. Sans limite, remplissons tous nos désirs et imaginons les émotions qui en découlent. Nous pouvons écrire à coté de chaque souhait, une émotion.

Se concentrer sur nos ressentis nous aide à déterminer nos besoins

A présent, exprimons nos besoins et ajoutons-les à notre liste;

Quels sont vos besoins au quotidien pour vous sentir bien et en famille ? quelques témoignages de parents :

« J’ai besoin de présence et de partage, mon mari a un travail qui ne lui permet pas d’être avec nous au quotidien, c’était notre choix et je me rends compte que c’est un manque, je suis seule à tout gérer, j’ai besoin de temps pour moi, j’essaie des activités manuelles pendant les siestes car mon besoin de créativité est important aussi; je me demande comment je vais faire avec la reprise du travail pour compenser ce manque »

« Pour ma part, j’ai besoin de me réaliser en dehors de la maison sur des projets plus personnels, j’ai besoin d’apprendre et envie de me reconvertir. Le congé maternité et ma disponibilité ont été un soulagement au début, une coupure; je sens que je ne suis pas calibrée pour rester à la maison, j’ai besoin de retrouver un travail et en même temps j’ai besoin d’échanger avec mes enfants, j’aime jouer avec eux et j’aimerais aussi être disponible »

« Moi je sens que j’ai besoin de relais, le père est présent et s’occupe bien de notre fille quand il rentre du travail, je sens des fois de la fatigue chez lui et il m’est difficile de lui demander plus, je me sens aussi très épuisée surtout quand les nuits sont courtes, j’ai besoin de coopération. L’arrivée de notre premier enfant nous a changé, les priorités ne sont plus les mêmes, j’ai besoin de reconversion, de contacts, d’échanges dans le travail et d’apprendre de nouvelles choses. »

Quelles concessions sommes-nous prêts à faire pour satisfaire nos besoins ? Lâcher prise, moins de ménage, déléguer, adapter les horaires, proposer des échanges de services, du soutien entre parents et voisins (faire garder, garder les enfants des autres, échanges d’idées, moment de partage en association), communiquer nos besoins en famille, se prendre du temps dans le couple pour parler et s’écouter, s’inscrire dans un groupe d’entrepreneurs/entrepreneuses locales…

Pour m’organiser, quels outils et autres idées pour avancer dans ma réflexion ?

Le tableau d’organisation peut s’utiliser au quotidien ou chaque semaine et en fonction des besoins, seul/e ou en famille selon les implications de chacun

Visible, la matrice d’Eisenhower permet de communiquer plus facilement ses tâches, ses besoins et ouvre au partage.

Ikigai

Ikigai, une méthode pour trouver sa voie. Essayer de trouver son Ikigai est un moyen d’avancer dans son parcours en quête d’équilibre.

« L’ikigaï est une philosophie de vie japonaise qui consiste à trouver un sens à notre vie, un équilibre, une raison de se lever le matin et d’être heureux d’accueillir chaque jour.

Une étude japonaise a démontré que l’ikigaï est facteur de bonne santé et de longévité. La région d’Okinawa qui pratique ce concept au quotidien compte en effet un grand nombre de centenaires (cinq fois plus qu’aux Etats-Unis).

Littéralement, “iki” signifie “vie” et “gaï” veut dire “qui vaut la peine”. C’est une vie dans laquelle on se sent “complètement aligné avec soi-même dans tous les domaines”, où on se dit “Je suis là où je dois être.”

Un des pans de l’ikigaï concerne la relation au travail. Les japonais ne sont pas attachés à la notion de “retraite” car ils considèrent le travail comme une potentielle source de plaisir et de développement personnel. »

Le besoin de partage et de soutien entre parents est réel, c’est dans l’échange que nous nous apercevons qu’il n’y a qu’un pas à franchir pour aller voir une voisine, une porte à ouvrir pour retrouver d’autres parents, un mot à dire pour se faire entendre, une lettre à donner pour s’ouvrir à ses proches… plus facile à dire qu’à faire; et pourtant le besoin de créer du lien se satisfait dans notre prise de conscience, la confiance et nos actes de bienveillance au quotidien.